Libiih Thomas (coach U17) : « Cette équipe est à mon image »


Dans un entretien exclusif accordé à Lionindomptable, le Patron de l’encadrement technique des Lions U17, revient sur le sacre  à la Coupe d’Afrique des Nations de la catégorie en Tanzanie.

Quel est votre sentiment, après ce succès brillamment ramené de la CAN U17 en Tanzanie ?

On ne peut qu’être content au jour d’aujourd’hui. Ça a été un travail de dur labeur et je pense qu’au bout de tout ce sacrifice, on arrive à avoir ce sacre, il y a rien de plus merveilleux que ça.

En partant du Cameroun pour la Tanzanie, vous attendiez-vous à un tel succès ?

Ecoutez, l’objectif qu’on s’était donné avec les gamins, c’était exactement de se qualifier pour la Coupe du monde. C’était notre premier objectif, après nous nous sommes dit qu’après la qualification pour la coupe du monde, on pouvait être sur un autre palier. Comme on disait aux gamins, on préparait match par match. Il fallait se concentrer sur chaque match pour pouvoir avancer. Quand nous nous sommes qualifiés, après les deux premiers matches, on s’est dit que l’appétit venant en mangeant, on doit continuer à être sérieux pour pouvoir arriver sur le podium. Aujourd’hui je dirai aux gamins Bravo parce que ce qui leur a valu ce que ce qu’on a eu aujourd’hui, c’est la résultante de tout le sérieux que nous nous sommes donné et qu’on a mis autour de cette équipe.

Vous-même avez évoqué le fait que les objectifs ont changé pendant la compétition. Qu’est-ce qui peut expliquer cela ?

Non mais, le changement déjà dans un premier temps lorsqu’on s’est qualifié pour la coupe du monde, nous n’avons pas baissé les bras. Nous nous sommes assis avec les gamins, on a discuté. On s’est dit qu’arriver à ce stade de la compétition, il fallait continuer à être sérieux. On a gardé tout le sérieux possible et on a continué à travailler dans une sérénité totale et au bout du compte, ça nous a valu ce que ça nous a valu.

Aujourd’hui avec du recul, qu’est-ce que vous pouvez considérer comme ayant été les clés de votre succès ?

Les clés de notre succès ont été tout le sérieux que nous avons mis autour de cette équipe. C’étaient le mental, le travail et la simplicité de tout ce que nous avons mis autour. Nous étions allés là-bas pour apprendre et je pense qu’à force d’apprendre, on a bien appris. C’est ça qui a permis que nous soyons sur le podium.

On sait également que la préparation n’a pas aussi été facile, comment êtes-vous parvenu à insuffler moralement cet esprit de gagne aux lionceaux ?

Ben écoutez, l’équipe est à l’image de celui qui est à sa tête. J’ai toujours été quelqu’un avec un mental de fer. Il n’était question que de s’occuper du terrain. De ne pas s’occuper des choses extras. Nous sommes restés dans le travail, on a gardé la tête haute et nous sommes allés au bout de nos objectifs.

Au sujet des trois joueurs qui ont été expulsés, qu’est-ce qui s’est réellement passé ? Est-ce que cela a été un facteur qui vous a motivés ?

Après que les 3 joueurs aient été recalés, on s’est dit qu’on était désormais à 18 et qu’on formait toujours un groupe. On a gardé les 3 joueurs avec nous. On a continué à travailler sans toutefois tenir compte que les gamins étaient hors du groupe. Si on les avait fait rentrer, je pense que le bateau allait chavirer. La Fecafoot et le ministère des sports nous ont écoutés sur ce coup. Ils nous ont dit qu’il n’y avait pas de problème, que les gamins pouvaient rester avec nous. On a continué à travailler, on a gardé le moral qu’il fallait et à la fin je pense que c’est cette forte solidarité qui nous a valu ce trophée.

Il y a également la suspension de votre capitaine Ndzie pour la finale. Comment l’aviez-vous vécu ?

Si on a un groupe de joueurs, ça veut dire que tout le monde doit être prêt pour jouer. Maintenant ça dépend de comment est-ce qu’on les utilise. On doit les utiliser à bon escient. Je pense que c’est un groupe où les joueurs se valent. Pour moi, je n’ai aucun souci. Il faut juste savoir manager. Savoir mettre le pion où il le faut. On a fini la compétition à 15, chose pas trop facile. On a eu un problème en finale où on a eu un manque de fraicheur physique. Mais c’est normal, les gamins ils ont tout donné, c’est leur âge donc c’était tout à fait normal. Ils ont connu beaucoup de problème mais après ils ont gardé la tête haute. Le mental a été ce que tout le monde a vu, à la fin ils ont tenu et gagné leur pari.

Au finish, qu’est-ce qui aura fait la force de ces Lions U17 ?

C’étaient le mental, la solidarité et le travail.

Vous étiez dans le staff technique de cette équipe lors de la CAN U17 en 2017 au Gabon où vous êtes sortis au premier tour. Est-ce que cette expérience vous a aidé ?

Oui, ça m’a aidé énormément. Comme je dis, on apprend tous les jours. Cette expérience nous a permis de gagner en maturité. Ça nous a aidés cette année, mêmes aux tournois de l’Uniffac de Yaoundé ou de Malabo. Là on prépare une coupe du monde, on ira encore apprendre mais dans le bon sens du terme.

Est-ce qu’on peut dire  la présence d’un ancien Lion Indomptable comme Lucien Mettomo qui est votre Team Manager a contribué à créer  une certaine sérénité dans la gestion du groupe ?

C’est un travail de groupe. Ce n’est pas que moi. Je suis juste à la tête de l’équipe. Je communique avec tout le monde et j’écoute tout le monde. Je pourrais dire ici Bravo au staff que ce soit au staff technique ou médical, chacun a joué son rôle. C’est cette solidarité, cette envie qui nous a permis en principe d’être sur le podium.

Le prochain challenge c’est la coupe du monde qui se jouera du 5 au 27 novembre au Brésil. Comment entrevoyez-vous cette compétition ? Avez-vous déjà un plan pour cela ?

Justement, c’est maintenant qu’il faut mettre le pied au bon endroit. Il ne faut pas attendre le moment venu pour essayer de travailler. Je pense qu’il y a un programme que je vais élaborer à partir de la semaine prochaine que je vais présenter à la fédération et au ministère. Nous allons discuter et voir exactement ce qui devra être fait parce qu’il ne faudra pas oublier, ce n’est ni le tournoi de l’Uniffac, ni la CAN. C’est une coupe du monde donc plusieurs paliers au-dessus. Il va falloir faire très attention. Il va falloir renforcer l’équipe. Il va falloir avoir d’autres 5, 6 ou 7 joueurs en principe pour renforcer le groupe. On a déjà un noyau, je pense qu’on pourra trouver d’autres joueurs qui apporteront un plus à l’équipe.

Parlant de changement, est-ce que vous avez déjà une idée des joueurs qui pourront éventuellement renforcer cette équipe ?

Les jeunes, ça ne manque pas. Je vais continuer à sillonner ou faire le tour dans les départements et régions pour essayer de découvrir d’autres joueurs.

A qui dédiez-vous cette victoire ?

Au peuple camerounais, au chef de l’Etat. Ça été un travail de groupe. Le peuple a mis tous les moyens. Les modestes moyens qu’ils ont mis à notre disposition nous ont permis d’aller le plus loin possible. Ce trophée a été le travail du peuple. Beaucoup ont mis les genoux au sol pour prier pour qu’on gagne. Ça nous a valu ce trophée. Je ne peux que dédier ce trophée au peuple camerounais.

Un dernier mot

Justement, c’est qu’on continue à être soudés. Qu’on nous donne les moyens nécessaires  pour aller le plus loin possible. C’est une génération de rêve et je pense qu’on peut aller loin avec elle.

Please follow and like us:

Résultats

Cameroun3:0Comores

Classement

Rang PaysPts
1Maroc11pts
2Cameroun11pts
3Malawi5pts
4Comore5pts