CAN 2021 : l’impact de ramener la CAN en janvier

La CAF a annoncé le 15 janvier dernier lors de sa visite de travail à Yaoundé que la Coupe d’Afrique des Nations se jouera du 9 janvier au 6 février 2021. Une décision qui ne va pas sans conséquence.

La CAN retrouve sa période habituelle, pour ce qui est de la 33e édition qui se disputera au Cameroun en 2021. Le président de la CAF Ahmad Ahmad avait entrepris de changer de période de cette compétition, au lendemain de son élection à la tête de la confédération africaine de football, en mars 2017. Une volonté qui avait été actée lors du symposium de Rabat au Maroc, quatre mois plus tard. La CAN 2019 en Egypte s’était donc jouée pour la première fois en juin-juillet. Mais ce ne sera pas le cas pour la prochaine CAN qui aura lieu au Cameroun. Quelques temps avant, la CAF avait annoncé un changement de période pour l’organisation de cette compétition. Pour l’instance faitière du football africain, la forte pluviométrie qui prévaut à cette période au Cameroun était la cause de ce glissement de période. Même si certains y ont plutôt vu une pression de la FIFA qui avait décidé de placer la coupe du monde des clubs en juin 2021 et aurait demandé à la CAF de revoir son calendrier.

Ce retour aux mois de janvier-février a immédiatement eu un impact sur le calendrier des éliminatoires de la compétition. La CAF a sollicité le mois de mars auprès de la FIFA afin de l’utiliser pour les éliminatoires de la CAN 2021 plutôt que celle de la coupe du monde 2022, a-t-on appris de la bouche d’Ahmad Ahmad. Ceci dans le but de rattraper le temps afin d’avoir les pays qualifier en fin septembre prochain. Au niveau du Cameroun, les travaux devraient aussi rapidement avancer. Même si les dirigeants de la CAF, notamment Ahmad et Anthony Baffoe, le secrétaire général adjoint, ont montré leur grand optimisme dans l’évolution des travaux, il n’en demeure pas moins vrai qu’il faudra livrer les chantiers six mois avant le début de la compétition, comme le prévoit les textes de la confédération africaine de football. Ainsi, le Cameroun sera obligé de présenter les infrastructures devant servir à la CAN en juin 2020, pour ne pas se voir dessaisir, une nouvelle fois, de l’organisation de cette compétition. Il reste encore pas mal de chose à accomplir pour être totalement prêt. Le complexe de Japoma et ses voies d’accès sont en cours de travaux. Le boulevard partant de l’aéroport de Nsimalen à Yaoundé pour le centre-ville devrait lui-aussi connaitre une accélération dans les travaux. L’hôtel de Garoua en construction pour accueillir les délégations est également en chantier. Ces travaux se feront désormais dans l’urgence et imposeront une revue à la hausse des budgets. Au finish, cette coupe d’Afrique reviendra probablement trop chère pour le contribuable camerounais.

Il est à noter que le retour de la CAN en janvier ne favoriserait pas la libération des joueurs africains en Europe. Cette modification de période a d’ailleurs déjà fait réagir certains entraineurs des clubs européens ayant des joueurs africains. « L’organisation de la Coupe d’Afrique des Nations en janvier et février est une catastrophe pour nous, qui nous fait perdre trois joueurs », a décrié Jurgen Klopp, l’entraineur de Liverpool. Le fait de renvoyer la compétition en juin avait résolu ce problème de libération des joueurs, puisque la saison en Europe où évolue la majorité des joueurs qui prennent part à la CAN était terminée. Cette compétition en janvier ravivera encore les tensions entre les sélectionneurs et les clubs. La CAN pourrait se voir priver de ses meilleurs talents qui opteront de rester en club plutôt que de faire le déplacement pour cette compétition.        

Please follow and like us:

Résultats

Cameroun3:0Comores

Classement

PosTeamPWGDPts
100411
200211
30015
40005