CHAN 2020 : Quand le Cameroun voulait à tout prix organiser le CHAN


La compétition initialement programmée du 4 au 25 avril 2020 a finalement été reportée sine die malgré le jusqu’auboutisme du Ministre des Sports et de l’Education Physique.

Dans une lettre adressée le 14 mars 2020 au Secrétaire Général de la Confédération africaine de football (CAF), le Ministre des Sports et de l’Education Physique, président du Comité local d’organisation du CHAN 2020 et de la CAN 2021 laissait entendre que le Cameroun était prêt à accueillir toutes les délégations pour le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) 2020, y compris celles venues d’Europe, continent frappé de plein fouet par l’épidémie du Coronavirus. Une sortie surprenante alors que tous les pays au monde mettaient en place des mesures pour restreindre au maximum l’entrée des ressortissants étrangers sur leur territoire, notamment ceux issus des pays les plus touchés par la maladie. « J’ai l’honneur de vous faire connaitre que le Comité d’Organisation Local (COCAN) du CHAN Total Cameroun 2020 est prêt à accueillir toutes les délégations annoncées par la CAF pour la participation à la phase finale du tournoi. Aussi bien, le COCAN n’exclut pas les délégations venant de pays non africains, spécifiquement de l’Europe, pour les nécessités de de la bonne organisation du CHAN. » Ecrivait Narcisse Kombi Mouelle.
C’est comme si l’organisation du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) relevait, pour le Ministre des Sports et de l’Education Physique, d’une question de vie ou de mort, reléguant de ce fait la préservation de la santé et de la vie des camerounais au second plan. Beaucoup continuent de se demander qu’est-ce qui aurait bien pu pousser le MINSEP à initier une telle correspondance, laquelle n’a pas manqué de ternir une fois de plus l’image du Cameroun, terre finalement de toutes les incongruités. En dehors des intentions et des calculs personnels malsains des responsables du COCAN dont la plupart des projets à court terme reposaient probablement sur les rentes de la compétition, beaucoup peinent à trouver d’autres explications convaincantes. Narcisse Mouelle Kombi a gaffé, et il est suffisamment intelligent pour s’en rendre compte. Et dans une société plus exigeante, en plus de faire profil bas, il servirait sa démission ou alors y serait poussé par une pression populaire et/ ou médiatique.
Vigilance
Quel CHAN le Cameroun pouvait-il bien organiser dans un contexte aussi crispé, avec un petit virus sorti de nulle part qui dicte sa loi sans aucune indulgence. La suspension, le report ou l’annulation de plusieurs rendez-vous sportifs importants (Ligue des Champions et Europa League de l’UEFA, Euro 2020, tous les plus grands championnats nationaux…) dans le monde n’a sûrement pas attiré l’attention du COCAN 20-21 sur la gravité du danger qu’incarne le Coronavirus. Mieux, Mouelle Kombi et ses collaborateurs tenaient absolument à se convaincre de ce que les dégâts causés par le virus, relayés tous les jours par les médias d’ici et d’ailleurs relevaient d’une nouvelle fiction hollywoodienne quand bien même son collègue de la santé, Manaouda Malachie continuait de décompter des cas confirmés sur le territoire camerounais, tout en appelant à l’extrême vigilance. Mais tous les observateurs lucides, au regard de l’évolution de la situation gardaient la conviction qu’aussi bien le COCAN que la CAF qui s’était murée dans un silence assourdissant jusque-là, finiraient par retrouver la raison. La décision du report intervenue le mardi 17 mars 2020 était donc tout sauf une surprise. Tous ceux qui avaient misé sur le CHAN pour se refaire une petite santé financière n’ont qu’à s’armer d’un peu de patience. Report ne signifiant pas annulation.

Please follow and like us:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Résultats

Cameroun3:0Comores

Classement

PosTeamPWGDPts
100411
200211
30015
40005