Edito : La vie n’a pas de prix

Blood sample with respiratory coronavirus positive


La prise de conscience de la gravité de l’épidémie de Covid-19 est encore bien poussive au Cameroun malgré les efforts gouvernementaux et les campagnes de sensibilisation tout azimut. En dépit des alertes, des données et des décès qui s’additionnent et s’amassent considérablement, le déni et l’incrédulité persistent à retarder les changements de comportement nécessaires pour s’attaquer à un grand péril.
Or, l’heure est grave et il est plus que jamais urgent de prendre conscience des ravages sociaux dus à cette pandémie. L’on peut s’affliger que la négligence et l’indifférence gagnent du terrain alors que les bilans en terme de perte de vies humaines connaissent une croissance exponentielle. Les Italiens, dont certains ont eu grand tort de se gausser au début de la crise, font ces derniers jours des chiffres records qui font froid dans le dos. Pour éviter de passer à la trappe de cette tragédie, imposons-nous une discipline exemplaire. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, mettons rapidement fin à cet aveuglement volontaire dont les conséquences sont désastreuses. Revenons à la réalité, prenons l’exemple de la Chine en adoptant un comportement responsable et à la hauteur du danger, en respectant les mesures que la gravité et l’urgence du moment nous imposent : écartez-vous les uns des autres, restez chez vous, lavez-vous les mains régulièrement avec de l’eau et du savon ou le gel hydro alcoolique, toussez ou éternuez dans votre coude, utilisez des mouchoirs à usage unique, évitez les embrassades. Ce n’est qu’ainsi que nous pouvons jouer notre partition et constituer aussi le maillon de cette longue chaine mise sur pied pour entraver la course effrénée du coronavirus. La responsabilisation de chacun dans la lutte contre ce virus est d’une impérieuse nécessité. Méfions-nous car l’ennemi est autour de nous, il est invisible, il est viral. Mobilisons-nous autour du gouvernement de la République pour remporter cette bataille dont l’enjeu démographique est trop important. Oublions nos appartenances, nos chapelles politiques et d’autres entraves qui peuvent nuire à ce combat de longue haleine. L’heure est grave en effet et chacun doit se mobiliser contre cette tempête microbienne virale.
En somme, la vie humaine n’a pas de prix. Face au Covid-19, et à ses victimes chaque jour de plus en plus nombreuses, le combat contre cette épidémie nous place face à deux choix : se confiner et vivre ou se balader et mourir.

Par T. SANKARA

Please follow and like us:

Read Previous

Abdelmounaïm Bah (SG Par intérim de la CAF) : « On essaiera autant que possible de jouer le CHAN en 2020 et la CAN en 2021 »

Read Next

Innocent Assana Nah : « On essaie de respecter le nécessaire »