Lions U17 : Qui veut la peau de Thomas Libiih et son staff ?

L’ancien Lion indomptable et ses collaborateurs pourront être les boucs-émissaires du scandale des primes qui traverse la tanière des tous nouveaux champions d’Afrique des U-17 depuis mardi.

La dernière polémique autour des primes des Lions Indomptables cadets, revenus victorieux de la Coupe d’Afrique des Nations Tanzanie 2019 focalise toute l’attention du public sportif. Après avoir participé au défilé de la fête de l’Unité au Boulevard du 20 mai et été reçus au Palais de l’Unité le même soir par le Chef de l’Etat, les poulains de Libiih Thomas ont observé un petit mouvement d’humeur mardi matin dans les locaux de l’hôtel qui les accueillait pour la circonstance à Yaoundé.  Au cœur de leur mécontentement, une affaire de primes (spéciales) promises après le sacre et non réglées jusqu’à présent. Plusieurs joueurs et encadreurs ont boycotté les remboursements de frais de transport prévus par la Fédération, après s’être rendu compte que les primes espérées n’étaient pas au rendez-vous.

L’affaire très vite récupérée par les médias a fait grands bruits, obligeant la FECAFOOT à réagir. L’instance qui a essuyé un refus catégorique du coach Libiih Thomas de produire un démenti, s’est d’abord exprimée via le Team Press Officer de l’équipe qui a essayé de tout balayer dans une mise au point sortie dans l’après-midi de mardi. « Depuis hier soir, les réseaux sociaux sont envahis par des informations faisant état de ce que les joueurs de la sélection nationale des U-17, champion d’Afrique lors de la dernière Coupe d’Afrique en Tanzanie, n’auraient reçu aucune des primes liées à leur participation au tournois susmentionné. Y faisant suite, nous voulons apporter les précisions suivantes : 1) il n’existe aucun problème de paiement de prime au sein de l’équipe nationale U-17 ; 2) les joueurs et les encadreurs de ladite sélection ont perçus toutes les primes qui leur étaient dues et les dernières ont été payées le 29 avril 2019, jour même de leur retour au Cameroun », indique le communiqué.

Il y a eu ensuite, la sortie du Secrétaire général de la FECAFOOT, Benjamin Banlock, allant dans le même sens. « A ce jour, il n’existe pas de problème de prime au sein de la sélection nationale des U-17 DU Cameroun », déclare le patron de l’administration de la FECAFOOT après avoir rappelé les multiples émoluments perçus par les joueurs et encadreurs à l’issue de cette compétition. Le problème, c’est qu’en aucun moment, les responsables de l’instance faitière du football camerounais n’ont présenté les chiffres alors que la question des primes au sein des sélections nationales est bel et bien régie par le décret no 2014/384 du 26 septembre 2014 portant organisation et fonctionnement des sélections nationales de football. Le Président de l’instance, Seidou Njoya, au lieu d’apporter plus d’éléments à la décharge de son institution, préfère parler d’un règlement de compte « C’est vraiment des histoires. Encore une fois, je dis qu’on a un peu grossi cette affaire, essayé d’exagérer un peu et comme je vous ai dit, il n’est pas impossible que certains se soient donnés à cœur joie pour nous régler les comptes comme d’habitude. En réalité, il n’en est rien », a-t-il indiqué dans une interview accordée au journaliste Boney Philippe.

Mais au fond, ce scandale semble loin d’être fortuit si l’on s’en tient aux développements qui s’en suivent. En effet, il ressemble étrangement à une affaire préparée et calculée, le but étant de pousser certains « indésirables » à la faute. Les rumeurs autour du renouvellement du staff des Lions U17 avant le Mondial de novembre au Brésil qui ont fortement circulé ces derniers temps, sont encore dans tous les esprits. Thomas Libiih et ses collaborateurs ayant suffisamment affiché leur intransigeance, il serait question d’imposer de nouveaux hommes sans caractère qui viendront mettre en exécution des plans machiavéliques des clans qui rêvent de  prendre le total contrôle du football camerounais. Les retombées de ladite Coupe du Monde sont si importantes qu’il n’est pas question de laisser le moindre « intrus » en profiter. « Ils ont déjà la grande majorité des joueurs de cette sélection mais ça ne leur suffit pas. Il faut maintenant contrôler le staff et montrer aux joueurs que s’ils ne rejoignent pas leur clan, leurs carrières seront brisées », s’insurge un observateur. C’est aussi l’heure du positionnement pour  les grandes académies, très peu représentées à l’expédition  tanzanienne. L’heure pour celles-ci de fourmiller des manœuvres les plus insoupçonnables pour entrer dans la danse ; l’heure à laquelle les lobbies qui ont placé le président de la FECAFOOT à la tête de l’instance lui rappellent le rôle qu’ils ont joué pour le hisser à ce strapontin. Et tous ces scénarii auraient du mal à prospérer en présence du staff actuel, chantre de la méritocratie, et connu pour  sa rigidité. Ainsi, les demandes d’explication à eux servies après le scandale de mardi constituent pour des observateurs lucides, le début d’un feuilleton  ubuesque qui révèlera une nouvelle fois, la face la plus hideuse d’un football camerounais aux mains des lobbies impitoyables.

Patrice Lumumba

Please follow and like us:

Résultats

Cameroun3:0Comores

Classement

PosTeamPWGDPts
100411
200211
30015
40005