Meilleure joueuse africaine de l’année : comprendre le shoot manqué d’Ajara


Considérée comme favorite dans la course pour la prestigieuse distinction de meilleure joueuse africaine de l’année, l’attaquante camerounaise Nchout Njoya Ajara a finalement été devancée par la nigériane Asisat Oshoala qui a été sacrée pour la 4e fois, le 7 janvier dernier en Egypte, à l’occasion de la cérémonie CAF Awards 2019.

Finaliste en compagnie de la sud-africaine Thembi Kgatlana et de la nigériane Asisat Oshoala, Nchout Ajara avait des chances de terminer sur la première marche du podium et offrir au Cameroun son deuxième ballon d’or féminin, après celui de Gaelle Enganamouit en 2015. Pour beaucoup d’observateurs, la Lionne Indomptable avait un palmarès en 2019 qui lui permettait de réclamer légitimement une telle distinction. La buteuse de Valerenga avait connu une belle saison autant en club qu’en sélection avec le Cameroun. Elle permit aux Lionnes Indomptables d’accéder en huitièmes de finale de la coupe du monde, grâce à son doublé face à la Nouvelle-Zélande. C’est encore elle qui porta à bout de bras cette sélection jusqu’au 5e et dernier tour des qualifications pour les Jeux Olympiques Tokyo 2020. Dans le championnat norvégien, Nchout Njoya Ajara a terminé meilleure buteuse de son club Valerenga avec 11 réalisations. Des performances qui ont permis au club de se qualifier pour la première fois de son histoire à la ligue des champions féminine UEFA.
Au regard de tout ce qui précède, les voyants étaient donc au vert pour la native de Foumban à l’ouest du Cameroun qui, lors de la cérémonie des CAF Awards, avait opté pour un style vestimentaire propre à la partie anglophone du Cameroun. Un choix qui cachait mal son assurance et renseignait un peu sur le destinataire du petit mot de champion qu’elle aurait eu à déclamer sur le pupitre, une fois son nom donné comme vainqueur. Elle qui a décidé de véhiculer les messages de paix dans les réseaux sociaux et qui s’est engagée pour plusieurs causes en faveur de la femme. Toutes ces bonnes intentions se sont envolées dans le ciel égyptien, lorsque ce fut le nom de sa principale rivale qui fut prononcé.
Si proche… si finalement loin
Pour la 4e fois, Asisat Oshoala devenait la meilleure joueuse africaine de l’année (2014, 2016, 2017 et 2019). La déception était forcément grande pour Nchout Ajara et ses fans. La Lionne Indomptable paraissait pourtant si près du but de sa première consécration. Mais à l’analyse des votes, elle était finalement loin des suffrages en faveur de la Super Falcons qui totalisait 351 voix contre 321. Soit 30 voix d’écart. Ce qui veut dire que ce n’était pas du tout serré, comme on aurait voulu croire. Les entraineurs et les capitaines des sélections nationales membres de la CAF qui forment le jury final ont choisi Oshoala.
Un choix dont on peut analyser sur le fait qu’au-delà de son bilan sportif, l’attaquante nigériane jouit d’une meilleure exposition que Nchout Ajara. Elle évolue au FC Barcelone et a atteint la finale de la Ligue des champions où elle devenait la première africaine à inscrire un but à ce stade de la compétition. Outre cet aspect, il faut également prendre en compte sa régularité dans le trio finale de meilleure joueuse africaine. Depuis 2014, elle n’a été absente qu’une seule fois et c’était en 2015. Ainsi, elle est bien connue des votants par rapport à Nchout Ajara qui intégrait la liste des trois finalistes pour la première fois. Et il est souvent difficile de gagner d’un coup. Trop proches sportivement, la différence résiderait donc dans l’exposition au niveau internationale et la régularité de la buteuse du FC Barcelone dans le trio final. Il revient à Nchout Ajara de maintenir le cap et surtout de marquer de son empreinte la ligue des champions avec son club.

Please follow and like us:

Résultats

Cameroun3:0Comores

Classement

PosTeamPWGDPts
100411
200211
30015
40005