Nchout Njoya Ajara : « Je crois au Ballon d’or africain »

Finaliste malheureuse au ballon d’or africain 2019, Nchout Njoya Ajara n’a pas abandonné le rêve de décrocher un jour cette précieuse distinction. Dans un entretien accordé le samedi 9 mai 2020 aux journalistes africains réunis au sein de la plateforme Afrique Football Média, l’attaquante camerounaise de Valenrenga a abordé plusieurs sujets autour de sa vie dans et en dehors du terrain. Quelques morceaux choisis.

Sur les conséquences de la crise sanitaire sur le football féminin

Je crains que le football féminin perde sa valeur parce que cette pandémie a vraiment surpris tout le monde entier. On ne pouvait pas imaginer qu’un jour, on obligerait les gens de rester chez eux. Mais je pense qu’actuellement, comme le football féminin était toujours en reconstruction, peu importe le temps que ça va prendre, on espère que ça va décoller et arriver au niveau du football masculin. On sait que le football féminin ne sera jamais comme le football masculin mais on espère qu’un jour, même si ce n’est pas avec notre génération, que ça puisse arriver au même niveau que le football masculin.

Sur ces défis au niveau international

Manquer de reconnaissance sur le plan international ? Je dirai que j’ai encore beaucoup à prouver parce que je connais pas mal de bonnes joueuses qui évoluent aussi à travers le monde entier et qui ne sont pas aussi récompensées comme moi. Je pense que je vais toujours continuer à travailler parce que le football a toujours été un rêve. Je vais continuer à travailler, donner le meilleur de moi en espérant qu’un jour, je serai récompensé. La place que j’occupe aujourd’hui dans le social, à mon petit niveau, j’essaie toujours de tendre la main à ceux qui ont besoin de moi. Donc, mon équipe et moi, nous travaillons dans le social et nous avons plusieurs projets qui arrivent concernant le social mais je pense qu’actuellement, ça doit rester un peu discret, le moment venu, vous allez découvrir.

Sa relation avec Enganamouit

Concernant Enganamouit, j’ai de bonnes relations avec elle. C’est une coéquipière, je suis entrée en équipe nationale de moins de 17 ans en 2008 avec elle, donc, elle fait partie de ma génération. Concernant la relation que j’ai avec d’autres coéquipières, aujourd’hui, on forme un groupe, l’équipe nationale est comme une famille. Quand nous ne sommes pas en sélection, on prend la peine de prendre les nouvelles de chacune, on essaie un peu d’échanger. Je ne suis pas mariée, je n’ai pas d’enfant, je pense me marier et faire des enfants après ma carrière parce que j’ai certains objectifs à atteindre. Si j’accouche maintenant, je ne pense pas que je vais continuer ma carrière.

Sur l’avenir de la sélection camerounaise

L’équipe nationale du Cameroun est en reconstruction aujourd’hui et les gens essaient de comparer l’ancienne génération à laquelle j’appartiens et la génération d’aujourd’hui. Quand je suis arrivée en équipe nationale en 2008, ma génération était toujours comme celle d’aujourd’hui. Et c’est avec le travail, la discipline qu’on a essayé de développer notre talent. Je pense que si les dirigeants de clubs essaient aussi de jouer leur rôle, c’est-à-dire programmer des séances d’entrainements aux filles, même s’il n’y a pas de championnat, ça va aussi aider notre football féminin.

Sur le récent échec face à la Zambie

L’échec qu’on a eu face à la Zambie à Yaoundé, c’était d’encaisser deux buts à domicile. Comme vous le savez, un but déjà à domicile compte deux. Il ne fallait pas encaisser plus de but. Mais comme vous le savez, tout est possible en football. Concernant le match contre le Chili, on peut se qualifier, tout va se jouer sur le stade, il faut juste qu’on soit déterminées dans ce qu’on va faire.

L’impact du Covid-19 sur sa carrière

Le Covid-19 n’écarte pas mes rêves parce que c’est une pandémie qui concerne tout le monde et c’est dans tous les domaines. Donc, tout est arrêté en ce moment, et bientôt on va recommencer. Déjà, on a commencé des séances d’entrainements en petits groupes et d’ici peu, nous allons nous entrainer avec tout le collectif. Ce qu’il m’a manqué pour être ballon d’or 2019, je pense que ce sont les votes parce que c’est les votes qui déterminent tout.

Son but face à la Zambie

Le but que j’ai marqué à Yaoundé contre la Zambie était un but exceptionnel pour moi, depuis le début de ma carrière.

Le harcèlement dans le foot

Concernant le harcèlement dans le football, je ne pense pas que ça existe parce que ça fait dix ans que je suis en équipe nationale du Cameroun et je n’ai jamais vécu cela. J’ai de très bonnes relations avec la presse, surtout avec la presse camerounaise.

Sur le Ballon d’or

Je crois au Ballon d’or africain, tout est possible dans le foot. Ce que je dois améliorer aujourd’hui dans ma carrière, c’est le travail individuel parce qu’avant, je ne savais pas qu’après les entrainements collectifs, il fallait rentrer travailler individuellement pour améliorer certaines choses. Concernant les objectifs à atteindre cette année, il faut que nous nous qualifiions pour les jeux olympiques, c’est la première des choses. Et après ça, nous avons le championnat qui va reprendre d’ici fin mai et on a l’objectif de remporter le championnat, gagner la coupe et aller le plus loin possible en Champions League.

Sa relation avec lbrahim Mbombo Njoya, sultan roi des Bamouns

Avec le Sultan Ibrahim Mbombo Njoya, c’est la famille, c’est père et fille. Concernant la cause des orphelins, je dis toujours : être orphelin, on ne choisit pas, c’est Dieu qui décide. Si aujourd’hui par ma petite voix, je peux apporter mon soutien aux orphelins, pourquoi pas le faire. Je le fais avec plaisir.

Les barrages face au Chili pour les prochains JO

Concernant le Chili, notre adversaire des barrages, je pense que c’est une très bonne équipe. Déjà, elles étaient en Coupe du Monde comme nous, et si elles sont arrivées en Coupe du Monde, ça veut dire que c’est vraiment une équipe à prendre au sérieux. Je connais une seule joueuse dans cette équipe qui est la gardienne qui joue au PSG. Le reste de l’équipe, je suppose que ce sont de très bonnes joueuses.

Please follow and like us:
Read Previous

Arrêt des championnats: la décision incohérente de la FECAFOOT

Read Next

Mercato: Le PSG bien placé pour Onana?

Lion Indomptable du Cameroun

FREE
VIEW